Modalités

Soutenez-nous.
 

Modalités

Lors des deux collectes du 8 mai et du 11 novembre, vous pouvez vous aussi concrètement vous engager pour défendre la Mémoire et la Solidarité aux côtés de l’Œuvre Nationale du Bleuet de France.
 
Le Bleuet de France a besoin de vous !
 
Peuvent participer aux collectes sur la voie publique :
 
- toutes associations d’anciens combattants, de jeunesse, sportive ou culturelle,

- toute commune par l’intermédiaire d’une association municipale de son choix,

- tous les établissements scolaires,

- tous les régiments,

- et tous les bénévoles qui le souhaitent.

Puisque l’Office national des anciens combattants et victimes de guerre gère le Bleuet de France, il suffit de prendre contact avec le service départemental de l’ONACVG de votre département de résidence pour participer aux collectes des 8 mai et 11 novembre.



* * *
 
 
 
TEMOIGNAGES  DE  COLLECTEURS…


Entretien avec Mme Marjorie SCOTTO, 15 ans de bénévolat au service du Bleuet de France

- Pouvez-vous vous présenter ? 
Je m’appelle Marjorie SCOTTO. Je collecte depuis 15 ans au profit du Bleuet de France sur la ville d’Evreux. Je suis aujourd’hui la seule à collecter sur cette ville. J’ai commencé avec Mme Pierrette Greffier, Résistante de l’Eure ; depuis 5 ans, je collecte avec Monsieur Mauvière, président de l’UNC d’Evreux, association dont je suis sympathisante. Je suis petite-fille de militaire et fille de commissaire, j’ai donc été sensibilisée très jeune au milieu militaire et au monde combattant.

- Pourquoi participez-vous à la collecte du Bleuet de France ?
 Je suis totalement bénévole ; je collecte donc pour la bonne cause. Je souhaite être solidaire avec le monde combattant qui a beaucoup souffert. L’argent récolté permet d’aider les anciens combattants et les veuves en difficulté financière.
 
- Quels sont les problèmes que vous rencontrez lors de ces collectes ? 
J’ai constaté que les gens étaient beaucoup moins généreux qu’auparavant. Il y aussi quelquefois un certain désintérêt pour le monde combattant. De plus, il y a beaucoup moins de monde aux cérémonies. Je dois sans cesse trouver les arguments pour convaincre les gens de donner.  
 
- Comment envisagez-vous l’avenir ?  
« Pour le 8 mai prochain, je souhaite collecter devant le cinéma d’Evreux et sur les parkings des grandes surfaces. J’essaye de rester positive pour l’avenir. Je vais essayer de trouver des jeunes qui puissent assurer la relève. Tant que je serais en forme, je continuerais à collecter au profit de cette œuvre qui me tient à cœur».  
* * *
 
ENTRETIEN AVEC Mme EUGENIE LUCCHINI, Présidente de l’AEVOG de la Haute-Corse
 

- Eugénie Lucchini, qui êtes vous ?
Je suis veuve d’un sous-officier, décédé des suites de ses blessures, ancien combattant de 1939-45, Indochine et Algérie.
Je suis mère de 4 enfants et grand-mère de 9 petits enfants.
Après le décès de mon époux en 1983, j’ai décidé d’adhérer à l’Association d’Entraide des Veuves et Orphelins de Guerre de la Haute-Corse qui était présidée par Mme Cécilia Chevalier. Elle participait à la collecte du Bleuet de France. Je suis devenue sa secrétaire et j’ai commencé à collecter le Bleuet de France.
J’ai accédé à la Présidence de l’association en 1998. Je suis aussi présidente de la Commission Solidarité de l’ONAC. 
 
- Pourquoi collectez vous le Bleuet de France ?
Le Bleuet de France permet de venir en aide aux ressortissants de l’ONAC dans le besoin et de financer le volet social de l’ONAC.
L’argent récolté permet aussi de financer les actions mémoire auxquelles nous participons également. Ce sont les deux socles du monde combattant. 
 
- Quels problèmes rencontrez vous lors des collectes ?
Depuis plusieurs années, nous avons beaucoup de difficultés lors des collectes. Les gens continuent à méconnaître l’Oeuvre Nationale du Bleuet de France. Il faudrait progresser encore au niveau de la médiatisation de notre action de bienfaisance.
Le contexte économique est difficile ce qui rend la collecte malaisée.

- Comment envisagez vous l’avenir ?
La relève sera très difficile vu le manque d’implication de la jeunesse.
Lors des congrès nationaux, je me suis aperçu que les autres sections départementales de l’AEVOG ne participaient pas aux collectes.
J’espère qu’interviendra un sursaut notamment du côté des scolaires. Il y a un travail à effectuer auprès des Inspecteurs d’Académie pour que la collecte soit systématisée. Il faudrait que les écoles soient invitées par circulaire officielle à collecter le Bleuet de France.
Œuvre nationale du bleuet de france
Hôtel national des invalides
129 rue de Grenelle
Escalier B - CS 70780
75700 Paris